Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 15:41

Une ZAD - Zone d’Aménagement Différé -

est mise en place pour permettre à la collectivité

de disposer d’un droit de préemption

destiné à la réalisation d’une opération d’aménagement.

Tel qu'un aéroport...

 

Notre-Dame-des-Landes-ZAD

Notre-Dame-des-Landes-ZAD

Aujourd’hui, une ZAD a un tout autre sens,

c’est une Zone À Défendre.

Ainsi la plus connue et la première créée est

la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

 

c'est dans les jardins...

c'est dans les jardins...

"Je suis né ici, je reste ici !" ...

"Je suis né ici, je reste ici !" ...

... les hangar,

... les hangar,

C’est avant tout un lieu où

il est question de construire une autre réalité.

 

avec l'humour...

avec l'humour...

"Le Chant des Bâtons" a rassembler 40 000 personnes le samedi 8 octobre 2016

"Le Chant des Bâtons" a rassembler 40 000 personnes le samedi 8 octobre 2016

ZAD ?

C’est un lieu où on reconnaît que

l'intérêt des citoyens n'est pas  forcément le même que l'intérêt de l'État.

 

et dans l'action...

et dans l'action...

la route des chicanes...

la route des chicanes...

"Citoyen indigne-toi..."

"Citoyen indigne-toi..."

"...Non aux projets inutiles."

"...Non aux projets inutiles."

À lire les brochures

“ C’est quoi la ZAD ? “

publiée par - Tout mais pas l’indifférence -

&

"Les arguments CONTRE le projet d'aéroport à 

Notre-Dame-des-Landes"

ACIPA, BP5 44130 Notre-Dame-des-Landes - acipa.info@free.fr

 

 
ne pas oublier de toujours s'élever,

ne pas oublier de toujours s'élever,

en sachant que chaque chose à sa place.

en sachant que chaque chose à sa place.

et le site où vous trouverez toutes les informations.

http://zad.nadir.org/

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 11:39

La Vallée de la Roya est magnifiquement encaissée, sa route sinueuse longe la rivière et se dirige vers l’Italie.

Elle donne l’impression d’être entre deux mondes.

Je ressens dans ce lieu un sentiment de liberté, autant qu’un sentiment d’enfermement d’où je ne pourrais trouver l’issue.

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

Je suis arrivé par le tunnel de Tende, sous le soleil d’hiver qui illumine ses villages aux couleurs de cartes postales

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

et qui me rappelle que je suis aux portes de l'Italie.

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

Malgré toute cette beauté, une sensation d’oppression m’a envahi et ...

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

...dans le village de Saint-Dalmas-de-Tende,

l'immense gare abandonnée, vide et murée, a serré mon coeur dans ma poitrine, mes jambes sont devenues terriblement lourdes.

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

le sentiment que les voies sont sans issues !

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

 

J'ai eu l'impression que tout se refermait sur moi.

 

Ces grands portails clos devant l’immensité de la montagne...

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

 

... Ces ponts barricadés et inaccessibles ...

 
La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

 

... Ces murets abrupts, couverts d’oliviers, me donnaient le vertige, la perception d’être enfermé de l’autre côté de la Vie.

 
La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

Il est vrai que les douaniers et la police aux frontières, croisés à Breil-sur-Roya, m’avaient marqué et leur présence m’avait rappelé pourquoi j'étais là.

 

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

 

Ici, à Breil-sur Roya, il y a une OASIS !

 

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

Aujourd’hui, cette vallée est le passage obligé pour les migrants qui arrivent de pays en conflits, des quatre coins du monde.

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

Ces femmes, ces hommes et ces enfants passent par ce boyau, coincés sur la route entre les parois rocheuses escarpées et la Roya, ou en longeant la voie ferrée ponctuée de tunnels mortels.

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

 

Un homme, parmi de nombreux citoyens et citoyennes engagés, se bat pour leurs droits, leur respect et leur dignité.

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

Cédric Herrou a recueilli aujourd'hui ce jeune érythréen, comme bien d'autres auparavant et bien d'autres qui s'y arrêteront encore.

 

Bon nombre d'entre eux ont voyagé plusieurs semaines, plusieurs mois ou plusieurs années.

 

Kidané, du haut de ces 16 ans, fait partie de ceux-là.

Il est sur la route depuis deux ans et trois mois !

 

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal
La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal

Par ces quelques images et le sourire de Kidané,

je ne peux partager que mon abattement devant une telle situation, dûe à nos systèmes économiques et politiques. 

 

J’ai un très grand respect pour ces hommes et ces femmes qui accueillent, accompagnent et protègent les migrants, à l’image de Cédric Herrou. 

Il est une de ces nombreuses personnes, qui dans l'action, dénonce ce qui se passe dans la Vallée de la Roya, Ventimiglia ou Calais et d'autres lieux, bien trop nombreux.

La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal
La Vallée de la Roya, de Tende à Breil-sur-Royal
Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 08:29

 

Voyage intérieur dans le velour d'une fleur.

 

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

Douceur

photographies Henri Guillou

 

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 07:10

Conçu comme à livre, avec ces chapitres.

Je vous fait part de cette tranche de vie, du chemin parcouru.

 

Mes premières expériences étaient photographiques, il me fallait regarder autour de moi l’environnement dans lequel j’évoluais.


J'observais mes contemporains pour mieux comprendre ce que j’étais,
ce que je vivais et découvrir le Je Suis dont je n'avais pas conscience.

 

J’ai eu énormément de plaisir à marcher vers les autres,
mes soeurs et frères et partager leur vie, même pour un bref moment.

C’est certainement ce qu’il y a de plus épanouissant.
Ce cheminement m’a permis de marcher à la rencontre de moi-même,
et découvrir qu'il existait des qualités insoupçonnées chez l’être humain, de prendre conscience de nos dons.

 

Nous sommes tous créateurs et guérisseurs de nos vies.

 

À la Rencontre des Autres ...

Photographie Henri Guillou

 

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 06:55

 

Aujourd’hui, sans autre prétention que de partager cette tranche de vie

et ce travail photographique,

qui est resté trop longtemps dans des cartons.

Je vous propose ce voyage qui est le mien.

 

 L’Aïkido m’a permit de mieux comprendre le va-et-vient de la vie.
Ce ballet perpétuel dont il nous faut suivre le mouvement.

Chapitre 1 - Aïkido & Moulin ...

Photographie Henri Guillou

 

 

Pour amener de l’eau à mon moulin,

voici le Moulin...

Chapitre 1 - Aïkido & Moulin ...
...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

Chapitre 1 - Aïkido & Moulin ...

Photographie Henri Guillou

 

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 06:36

La marche et le voyage étaient devenus mes préoccupations.
Dans mes voyages imaginaires deux peuples se côtoyaient,
les Hommes-Rouges et les Tibétains.
Pour les uns leurs racines sont ancrées dans notre mère la terre,
pour les autres, au plus haut de l’infini spirituel notre père.

La porte d'un monde nouveau s'ouvrait devant moi...

Représentation du Kalachakra, au dessus de la porte d'un temple.

Représentation du Kalachakra, au dessus de la porte d'un temple.

À Tsurpu, dans les ruines du monastère des Karmapas, quelques murs avaient été rebâtis, et pour fêter cela, la salle du culte était en partie remplie de statues de Bouddha.

À Tsurpu, dans les ruines du monastère des Karmapas, quelques murs avaient été rebâtis, et pour fêter cela, la salle du culte était en partie remplie de statues de Bouddha.

Le Barko

Le Barko

Le Potala veille sur la ville de Lhasa, comme sur ce jeune moine du monastère de Palhalupuk.

Le Potala veille sur la ville de Lhasa, comme sur ce jeune moine du monastère de Palhalupuk.

Prières au monastère de Tsurpu.

Prières au monastère de Tsurpu.

Dans les ruines du monastère de Tsurpu, un homme file la laine sous le soleil d'hiver.

Dans les ruines du monastère de Tsurpu, un homme file la laine sous le soleil d'hiver.

Perdu et complètement isolé de tout, le monastère de Tsurpu est envahit par les cris de jeu des jeunes moines qui courent dans les ruines de ce lieu magique.

Perdu et complètement isolé de tout, le monastère de Tsurpu est envahit par les cris de jeu des jeunes moines qui courent dans les ruines de ce lieu magique.

Les bijous affichent de toutes leurs beautés, comme cette boucle de ceinture.

Les bijous affichent de toutes leurs beautés, comme cette boucle de ceinture.

Vêtement en peau d'un pélerin sur le Barkor.

Vêtement en peau d'un pélerin sur le Barkor.

L'offrande d'une photographie, de sa sainteté le Dalaï-lama, provoque des larmes de joie que je n'aurais pu imaginer, et une fierté non dissimulée de la mettre illico presto sur le cœur.

L'offrande d'une photographie, de sa sainteté le Dalaï-lama, provoque des larmes de joie que je n'aurais pu imaginer, et une fierté non dissimulée de la mettre illico presto sur le cœur.

Venu de la région du Kham, les pèlerins sont fiers de visiter le Norbulingka.

Venu de la région du Kham, les pèlerins sont fiers de visiter le Norbulingka.

Il me fallait pénétrer au cœur des maisons, du vieux quartier tibétain à Lhasa, pour atteindre le petit monastère qui s'y blottissait.

Il me fallait pénétrer au cœur des maisons, du vieux quartier tibétain à Lhasa, pour atteindre le petit monastère qui s'y blottissait.

L'imaginaire s'affole dans ces lieux, et les cuisines d'un monastère près de Tsurpu, prennent une allure théâtrale.

L'imaginaire s'affole dans ces lieux, et les cuisines d'un monastère près de Tsurpu, prennent une allure théâtrale.

Le mouvement crée l'énergie, est une des bases de la philosophie du bouddhisme tibétain. C'est ainsi que les éternels drapeaux à prière, par millier, volent au vent, pour que leurs prières puisent voyager jusqu'au cœur de chaque   Bouddha.

Le mouvement crée l'énergie, est une des bases de la philosophie du bouddhisme tibétain. C'est ainsi que les éternels drapeaux à prière, par millier, volent au vent, pour que leurs prières puisent voyager jusqu'au cœur de chaque Bouddha.

Le jour du nouvel an tibétain, le Losar, les habits de fête sont de sortis. Pour rentrer dans la nouvelle année, accompagnés des meilleurs auspices, un bac rempli de farine d'orge grillée, la Tsampa, m'est présenté et j'en offre trois pincées aux divinités…

Le jour du nouvel an tibétain, le Losar, les habits de fête sont de sortis. Pour rentrer dans la nouvelle année, accompagnés des meilleurs auspices, un bac rempli de farine d'orge grillée, la Tsampa, m'est présenté et j'en offre trois pincées aux divinités…

Raccompagné aux frontières tibétaines par les chinois, comme tous les étrangers, suite aux évènements en mars 1989. Je rejoins Dharamsala, en Inde où le Dalai-lama, Tenzin Gyatso, me reçois pour avoir des informations sur l'état de son pays et des évènements qui s'y déroulaient.

Raccompagné aux frontières tibétaines par les chinois, comme tous les étrangers, suite aux évènements en mars 1989. Je rejoins Dharamsala, en Inde où le Dalai-lama, Tenzin Gyatso, me reçois pour avoir des informations sur l'état de son pays et des évènements qui s'y déroulaient.

Fresques de Bouddhas, dont Tara Blanche

Fresques de Bouddhas, dont Tara Blanche

Suite au décès du 10ième Panchen-lama, Chökyi Gyeltsen, tous les monastères et lieux de cultes du Tibet se sont mis en prière  pendant plusieurs jours, comme ici au cœur du Jokhang à Lhassa.

Suite au décès du 10ième Panchen-lama, Chökyi Gyeltsen, tous les monastères et lieux de cultes du Tibet se sont mis en prière pendant plusieurs jours, comme ici au cœur du Jokhang à Lhassa.

Pélerin prenant les pouls

Pélerin prenant les pouls

Une vue extraordinaire s'offre à moi, sous la neige, la chaîne himalayenne vue du col de Tong La à 5416 mètres.

Une vue extraordinaire s'offre à moi, sous la neige, la chaîne himalayenne vue du col de Tong La à 5416 mètres.

Porte ornée d'un dharmapala, Palden Lhamo, protecteur du Dalaï  Lama, du Panchen Lama et de Lhassa

Porte ornée d'un dharmapala, Palden Lhamo, protecteur du Dalaï Lama, du Panchen Lama et de Lhassa

 

Une rencontre m'a profondément marqué à mon retour du Tibet.

Je partage cette photographie qui me parait d'un autre temps.

 

 

Chapitre 2 - Tibet 1989

 

Photographies Henri Guillou

 

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 14:02

Là, il n'est  plus question de spiritualité, mais de religions...
1994, reportage en Irlande du Nord où début un processus de paix.

Les deux cessez-le-feu, respectivement le 31 août à minuit pour l’IRA et le 13 octobre à minuit pour les paramilitaires protestants, devraient permettre aux catholiques et aux protestants d’Irlande du Nord de trouver à ce conflit une issue vers la paix.


Mais quelle est la situation aujourd’hui, des habitants de Belfast traumatisés par les “troubles”?

 

État des lieux :

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Nuala Mac Ferran, quarante-huit ans, catholique, professeur de français et d’irlandais au collège Saint-Malachy, parlait le gaélique avant l’anglais. Comme la plupart des gens, elle a traversé ces vingt-cinq dernières années dans la souffrance et la terreur.
Deux membres de sa famille emprisonnés faisaient partie des grévistes de la faim qui fut fatale à dix d’entre eux. Un autre membre de sa famille fut victime d’un “meurtre sectaire”.
“ L’intégration ne se fera pas avant cinquante ans, dit-elle, et seulement dans la justice, le respect mutuel et un esprit d’amour. ”

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Qu’ils soient protestants ou catholiques, qu’ils soient directement ou non touchés par cette guerre de vingt-cinq ans, les gens de Belfast vivent ensemble, les étudiants, tel que Darren E. Elwood, vingt ans, protestant, suivent les mêmes cours dans l’unique université de la ville.


Tous utilisent les mêmes transports en commun et la plupart dit ne plus être concerné par les derniers événements...

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Elaine Mac Neill, vingt-cinq ans, catholique, est étudiante aussi à “Queen’s Univerity”, elle vit dans un appartement avec trois autres camarades qui, comme son père et sa mère, appartiennent aux deux communautés.
 

D’après elle, “les troubles ne concernent qu’une minorité et n’ont sévi que dans les ghettos.”

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Ces derniers restent réticents au cessez-le-feu.
“ Il faudra attendre quelques années avant que j’aille dans Shankill.” dit Donal Mc Garry, vingt-sept ans, catholique et chauffeur de “Black Taxi”.

“Shankill”, quartier protestant et les “Falls”, quartier catholique, sont les deux quartiers séparés en 1969 par la “Peace Line”.

Le long de la "Peace Line" et dans certains quartiers chauds, les patrouilles militaires sont plus fréquente que dans le reste de la ville. 

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Une partition provisoire d’après Sir Ian Freeland, général officier commandant de l’armée britannique (GOC), qui déclarait le 10 septembre 1969 :

“ La ligne de la Paix est une affaire très, très temporaire. Nous ne voulons pas dans cette ville d’un Mur de Berlin ou quoi que ce soit qui y ressemble.” ...

 

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Des associations intercommunautaires oeuvrent de part et d’autre de cette ligne.


Le Lien de l’Espoir, le projet “Hopelink” du Révérend Robert Love, trente-cinq ans,pasteur presbytérien et coordinateur de ce projet dans le quartier de “Shankill” où,comme dans les “Falls”, le taux de chômage atteint 20%.
Son “Link Café” permet aux protestants comme aux catholiques de se retrouver pours’entraider.


Et le Cultùrlann Mac Adaim-O’Fiaich, qui porte le nom deux férus de la langue gaélique. Robert Mac Adaim, protestant presbytérien et Tomas O’Fiaich, cardinal catholique.

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Cette association, fondé en juillet 1991 dans un ancien temple presbytérien des “Falls”, s’attache à promouvoir la langue gaélique par différentes activités : un théâtre, des cours du soir, une école secondaire, un café et un journal,
le “ LA, Nuachtan na nGael” (Jour, Le Journal des Gaels).


Colm Mac Aindreasa, vingt-sept ans, d’origine catholique mais sans religion, est responsable du parc d’ordinateurs de l’association et traducteur pour le journal, le gaélique étant sa langue maternelle, (il a appris l’anglais plus tard).
Du fait de ses origines, il lui est impensable, actuellement, de traverser “Shankill” ou tout autre quartier protestant.


“ Je ne connaîtrai pas la paix de mon vivant.” déplore-t-il, mais le centre dans lequel iltravaille est ouvert à tous.

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

D’autres associations intercommunautaires sont éparpillées dans la ville de Belfast.


L’une d’elles en particulier met tout en oeuvre pour dénoncer le terrorisme qui continue de régner au sein des deux communautés.

Le “FAIT”  (Les Familles Contre l’Intimidation et la Terreur), créé en septembre 1990 par deux catholiques Nancy Gracey et Sally Mc Cartan.

Elles ont perdu des parents, Nancy son fils et Sally dix membres de sa famille.

Leur association dénonce le terrorisme, de l’IRA au sein de la communauté catholique et des Paramilitaires Protestants contre leur propre communauté.

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Régulièrement, malgré les deux cessez-le-feu, plusieurs personnes ont été victimes d’actes de terrorisme dans leur maison et comme le dit le psychiatre, Docteur Philip Mc Garry,


“ Ceux qui souffrent le plus, sont les gens agressés chez eux, car leur domicile, ainsi violé, n’est plus pour eux le sanctuaire familial, symbole de sécurité.”          
Travaillant à Belfast Ouest, où se situent les quartiers chauds, il a établi trois catégories de traumatismes dus à la violence en Irlande du Nord :
Les coups de feu partisans, la “sanction de la rotule” et les agressions et/ou prises d’otage à domicile.

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Même si au dire des protagonistes, elle n’est pas pour demain,

la paix est proche.

 

Chapitre 3 - Belfast 1994

Malgré de réelles difficultés et dans l’attente de la justice et du respect mutuel évoqués par Nuala, la vie intercommunautaire est déjà là, elle reprendra ses droits et les enfants joueront dans les rues de Belfast.

 

textes & photographies Henri Guillou

 

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 13:14

 

La photographie prenait de plus en plus de place, de voyeur j'était passé spectateur, après Belfast être acteur devenait primordial.


La photographie de mariage est très conventionnelle, un cadre très serré dans lequel je n'ai pu me glisser...

 

 

...

...

...

...

...

...

...

...

Chapitre 4 - Mariage ...

photographies Henri Guillou

 

 

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 13:01

 

Pays noble aux cultures aussi ancestrales que diversifiées,
en Inde pour la deuxième fois, tout y est.
Il faut être à la fois voyeur, spectateur et acteur, se frotter aux autres,
dans un total respect, une très grande humilité et
avoir une présence imposante, être là...
 
l'Inde est le berceau des langues et de l'écriture.


Bouquinistes des berges d'une avenue, ils vendent d'un côté des livres d'occasions et de l'autre des ballots de papier pour l'imprimerie.

 

La Route du Livre en Inde...

 

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

Chapitre 5 - L'Inde & le Livre ...

 

Il faut reprendre la route du retour pour d'autres découvertes,
d'autres voyages...

 

photographies Henri Guillou

 

 

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 12:50

 

Les livres ne sont pas les seuls à parler...
Le sable, par les mains des indiens Navajo, raconte des histoires.

Ben Silversmith

Ben Silversmith

Sam Begay

Sam Begay

Sam Begay

Sam Begay

Ben Silversmith & Sam Begay

Ben Silversmith & Sam Begay

Sam Begay

Sam Begay

Sam Begay

Sam Begay

 

Peintures éphémères que le vent emportera,
comme les peintures de sable des aborigènes d'Australie ou
les Mandalas des tibétains.

 

photographies Henri Guillou

 

 

Repost 0
Published by Henri Guillou
commenter cet article